L’ADISQ et CIMA demandent le rétablissement du financement du vidéoclip

Affaires réglementaires
Financement Plan Musique Site

À la demande du gouvernement, les décisions du CRTC ayant mis fin à la principale source de financement du vidéoclip sont réexaminées.

Dans le cadre d’un réexamen de certaines de ses décisions antérieures par le CRTC, l’ADISQ et CIMA, qui représentent les producteurs canadiens indépendants de musique, ont présenté au conseil plusieurs propositions afin de rétablir le financement du vidéoclip. La voie privilégiée par les deux associations consiste à demander aux grands groupes de propriété privée de langue française et anglaise, soit Groupe V, Bell Média, Québecor Média, Rogers et Corus, de consacrer une part déterminée de leurs dépenses au financement du vidéoclip.

Advenant que le CRTC ne retienne pas cette proposition, l’ADISQ et CIMA ont aussi suggéré que le financement du vidéoclip soit assuré par les entreprises de distribution de radiodiffusion, qui consacrent déjà 5 % de leurs revenus au financement de contenus audiovisuels, notamment par l’entremise de contributions versées au Fonds des médias du Canada et à différents fonds de production indépendants.

Rappelons qu’en 2017, le CRTC a acquiescé aux demandes des titulaires de services spécialisés en musique, comme MusiquePlus et MuchMusic, de ne plus financer le vidéoclip. Insistant sur l’importance de ce type de contenu, l’ADISQ avait déploré que le CRTC ne mette pas en place un mécanisme mettant dorénavant tous les joueurs du système à contribution et présenté une requête au gouvernement afin que ce dernier ordonne au Conseil de réviser ces décisions : une démarche qui a porté fruit et mené au présent réexamen.

Pour plus de détails, veuillez consulter les liens ci-dessous.

Articles et documents liés

Retour
Blocvedette
Tuile Autour Jukebox
Tuile Mensuel Vf
Agend Adisq
En savoir plus
35 % des adolescents américains affirment que le réseau social qu’ils utilisent le plus souvent est Snapchat, contre 10% pour Facebook ?