Radio commerciale francophone : reprise de la révision du cadre réglementaire

Affaires réglementaires
2 Affaires Reglementaires Site

L’année 2016 a été marquée par une baisse spectaculaire des ventes de musique, la progression du streaming et la résilience de la radio, souligne l’ADISQ.

Le 10 février dernier, l’ADISQ a soumis au CRTC une mise à jour de l’intervention qu’elle avait déposée le 14 septembre 2015 dans le cadre de la révision du cadre réglementaire relatif à la musique de langue française à la radio francophone. Dans sa mise à jour, l’ADISQ s’est concentrée sur trois aspects qui ont marqué l’année 2016 :

  • les ventes d’enregistrements sonores, physiques et numériques, ont connu une baisse spectaculaire, mais les parts québécoises sont demeurées stables ;
  • les services d’écoute en continu (streaming) ont poursuivi leur progression, mais les revenus ne sont toujours pas au rendez-vous au Québec ;
  • les radios commerciales privées francophones continuent de faire preuve d’une résilience impressionnante tant sur le plan des revenus que sur celui des habitudes d’écoute.

L’actualité a renforcé l’argumentaire initialement développé par l’ADISQ, poussant l’association à maintenir intégralement la proposition innovatrice [http://adisq.com/actualite/revision-de-la-politique-sur-la-radio-commerciale-francophone/] présentée lors de la première instance de la révision.

Rappelons qu’en novembre 2015, à quelques jours de la date prévue de l’audience, la démission du vice-président radiodiffusion et l’un des trois seuls conseillers francophones au CRTC, Tom Pentefountas, avait forcé le Conseil à suspendre le processus public. L’arrivée, en novembre 2016, de Judith LaRocque à titre de vice-présidente radiodiffusion a permis la relance de la consultation. En raison du caractère inhabituel de la suspension, le Conseil a invité les intervenants ayant soumis un mémoire lors de la première étape du processus à présenter une mise à jour.

En lançant le processus de révision, le Conseil souhaitait instaurer des mesures innovatrices qui permettraient au secteur de la radio commerciale francophone d’appuyer plus efficacement les artistes canadiens d’expression française. Le Conseil compte évaluer entre autres l’effet, l’efficacité et la pertinence du cadre actuel. Un regroupement formé des radiodiffuseurs actifs au Québec a notamment demandé une baisse des quotas de musique vocale francophone (MVF) à 35 % pour l’ensemble de la semaine de radiodiffusion. Rappelons que ces quotas constituent l’un des piliers du cadre réglementaire en place et qu’ils stipulent que 65 % de la programmation musicale doit être consacrée à la MVF sur l’ensemble de la semaine de radiodiffusion. Aux heures de grande écoute, cette part est de 55 %.

L’ADISQ défendra sa proposition devant les membres du Conseil au cours d’une audience qui devrait avoir lieu ce printemps. Huit regroupements du milieu de la musique avaient appuyé la première intervention de l’ADISQ, soit l’APEM, Artisti, la Guilde des musiciens, la SOCAN, la SODRAC, la SOPROQ, la SPACQ et l’Union des Artistes. Ensemble, ils avaient de plus lancé le mouvement « Notre musique, on veut l’entendre » afin de soutenir les demandes transmises au CRTC.

Articles et documents liés

Retour
Blocvedette
Tuile Autour Jukebox
Tuile Mensuel Vf
Agend Adisq
En savoir plus
85% des jeunes de 13 à 15 ans écoutent de la musique par l’entremise d’un service d’écoute en continu, audio ou vidéo.