Révision de la Politique sur la radio commerciale francophone

Affaires réglementaires

L'ADISQ soumet une proposition innovatrice pour permettre à la radio de mieux soutenir l'industrie de la musique.

La radio commerciale francophone doit demeurer un partenaire de premier ordre pour le milieu québécois de la musique.

Le 14 septembre, l’ADISQ a déposé une intervention devant le CRTC, en réponse à un appel d’observations sur les tendances actuelles dans les industries de la musique et de la radio commerciale de langue française.

L’exercice du CRTC a pour objectif de recueillir des avis sur les approches possibles en vue de réviser le cadre réglementaire relatif à la musique vocale de langue française (MVF).

Le document étoffé déposé par l’ADISQ (qui compte plus de 140 pages et de nombreuses annexes) réunit les propositions suivantes :

1- Restructuration des quotas de MVF autour de quatre piliers :

  • Les radiodiffuseurs s’engageant de façon concrète à diffuser un pourcentage minimal de nouveautés francophones pourraient réduire le quota de MVF de 65 % à 60 % pour la semaine de radiodiffusion si les 5 % dégagés sont dédiés uniquement à de la musique d’artistes québécois chantant dans une autre langue.
  • Il est proposé que le Conseil ajoute une période de grande écoute les samedis et dimanches, de 9 h à 18 h, période pour laquelle le quota de MVF serait de 55 %.
  • Afin de mettre un terme une fois pour toutes à la pratique qui permet à certaines stations de donner qu’elles atteignent leurs quotas, grâce au montage de plusieurs chansons anglophones qui sont comptabilisées comme une seule chanson, chaque chanson anglophone de plus d’une minute diffusée à l’intérieur d’un montage compterait dorénavant comme une chanson à part entière.
  • Alors qu’elles n’ont actuellement aucune obligation à cet égard, les stations de radio commerciales musicales francophones consacreraient dorénavant 25 % de la programmation musicale francophone de leurs stations à la diffusion d’artistes émergents.

2- Ajustement et augmentation des contributionos financières requises des radiodiffuseurs.

3- Clarification des formats utilisés par les radios.

4- Clarification de la situation quant aux pièces « bilingues ».

5- Création d’un groupe de travail réunissant l’industrie de la musique et les radiodiffuseurs, sous la supervision du CRTC.

Pour en arriver à cet ensemble de propositions, l’ADISQ s’est livrée à plusieurs analyses portant notamment sur l’effet des nouvelles technologies sur les habitudes d’écoute de radio des Québécois, ce qui lui a permis de démontrer que les auditeurs sont encore massivement au rendez-vous. L’association a aussi insisté sur la bonne santé financière du secteur.

Notons qu’un regroupement formé des radiodiffuseurs actifs au Québec a quant à lui demandé que le Conseil abaisse le niveau des quotas de MVF à 35 % pour l’ensemble de la semaine de radiodiffusion.

Rappelons qu’actuellement, sur l’ensemble de la semaine de radiodiffusion, 65 % de la programmation musicale doit être consacrée à la musique vocale francophone (MVF). Aux heures de grande écoute, soit du lundi au vendredi, de 6 h à 18 h, cette part doit être d’au moins 55 %.

Articles et documents liés

Retour
Gala Adisq
Tuile Mensuel Vf
Tuile Autour Jukebox
Agend Adisq
En savoir plus
Pour lancer un artiste dans un grand marché, les majors investissent de 500 000 à 2 000 000 $ US.