L’ADISQ participe à une audience du CRTC

Affaires réglementaires
03 Muschoice Micros Site

Elle soutient l’arrivée d’une nouvelle station musicale francophone à Montréal pour augmenter la diversité.

Le 20 février 2019, l’ADISQ est intervenue lors d’une audience publique organisée par le CRTC à Québec afin d’exprimer son appui à une transaction devant permettre à Leclerc Communication d’acquérir les stations de radio commerciale francophones CHOI-FM, située à Québec, et CKLX-FM, située à Montréal, et de transformer cette dernière en station musicale.

Lors de cette audience, l’ADISQ a déposé un modèle de rapport inédit, qu’elle a élaboré conjointement avec Leclerc Communication, et dont l’objectif est d’illustrer objectivement le caractère distinct de la station et son apport à la diversité musicale dans le marché de Montréal. Leclerc s’engage à le déposer régulièrement au cours de sa période de licence. L’ADISQ a, pour sa part, demandé que cela soit consigné en condition de licence.

En réponse à une question posée par le Conseil, Leclerc Communication ne s’est pas opposé à ce qu’une condition de licence l’obligeant à consacrer 25% de la programmation musicale francophone de la station à des artistes émergents lui soit imposée.

Dans son allocution, l’ADISQ a en outre rappelé que la radio demeure un des moyens préférés de la population pour découvrir de nouveaux artistes et a démontré que le marché de Montréal a plus que jamais besoin de diversité musicale. L’association a aussi témoigné de sa confiance dans le projet de Leclerc Communication. Ce dernier s’inspirerait fortement du modèle de la station WKND à Québec, qui offre une programmation musicale qui se distingue de celles proposées par les quatre stations musicales montréalaises, ces dernières présentant un fort taux recoupement les unes par rapport aux autres.

Pour plus de détails, veuillez consulter les liens ci-dessous.

Articles et documents liés

Retour
Site Web Tuiles2
Tuile Siteweb Afus
Tuile Mensuel Vf
Agend Adisq
En savoir plus
Les revenus du numérique représentent 45,5 % des revenus de l’industrie musicale française.